Sazbbat des sorcières d'Ellezelles 2006
Accueil Folklore & Croyances populaire Programme Affiches Intronisés Photos Videos Organisation Liens Nederlands Contact

Historique du sabbat des sorcières

En 1972, Jacques Vandewattyne féru de folklore et avide d'histoire locale fouille avec les élèves de l'athénée royal d'Anvaing, ce qu'il croit être un tumulus au lieu - dit "Aulnoit" à Ellezelles. Le sol est vierge, la butte de formation naturelle. Pourtant la végétation du monticule semble différente de celle de la prairie qui l'entoure. Les langues se délient alors: "I n'a jamais rî poussé su ceul butte là pac'queu c'eut l'Mareu à Chorchîles". On y aurait en effet brûlé cinq "sorcières" en 1610(4).

L'idée d'un Sabbat germe lentement, après de multiples recherches, le samedi 1er juillet 1972 a lieu la première manifestation sur ce thème. Durant 20 années, la fête se déroule d'abord au centre du village puis sur la butte mystérieuse. En 1992, Jacques Vandewattyne a mauvaise conscience et veut procéder à une sorte de réhabilitation de la sorcière ! Il change la formule: "On ne brûlera plus de sorcières à Ellezelles ! Nous optons pour la fête des Sorcières et nous proposons un lieu nouveau, le Parc de l'ancienne cure, sur une nouvelle butte ». Enfin en 1996 avec la collaboration des successeurs de Watkyne, les mégères réintègrent la butte du hameau de l'aulnoit et ce, chaque année le dernier Samedi de Juin. Ce nouveau comité, dans lequel s’expriment les talents les plus divers de figures sympathiques attachées à leur village, s’endiable à perpétuer la tradition tout en lui insufflant un dynamisme nouveau depuis quelques années.

Outre la mode actuelle pour l’étrange et le paranormal, l’attrait de cette manifestation provient également d’une véritable base historique.

Entre 1560 et 1650 les "sorcières" ont été pourchassées et exécutées en masse dans toute l'Europe et en Russie. Dans notre province du Hainaut qui était ancien conté des Pays Bas Espagnol plus de 200 personnes ont été exécutées à cette époque. Outre les accusations de certaines qui prétendaient réellement jeter des sorts, beaucoup étaient innocentes et condamnées sans fondement. L'historien Bechtel cite "Pour juger de la répression, n'est-il pas indispensable de savoir ce que faisaient vraiment les accusés, s'ils étaient coupables et de quoi ? Or au regard de l'histoire, ce n'est pas la même chose de mettre à mort des innocents, ou des coupables, ou des complices, toutefois tous subirent le même sort.

La guerre de Religion en France a fait émerger un pessimisme et une peur exacerbée dans le peuple. En réponse l'église et certains états fomentent et créent la démonologie avec ordonnances, placards, écrits… Un bouc émissaire est trouvé, le diable ! La population apeurée retrouve un certain apaisement pendant que la justice exécute par torture et bûcher des milliers d'innocents.

La fameuse ordonnance de Philippe II est publiée en 1592 et constitue l'un des documents législatif consacré à la sorcellerie le plus probant. Le crime de sorcellerie est défini comme un crime de lèse-majesté divine et humaine et la croisade contre ces nouveaux hérétiques est lancée, l'idéologie et le cadre de la répression sont mis au point minutieusement.

Dans notre région des officiers de justice, prévôts, châtelains ou baillis, exercent les fonctions politiques, militaires, administratives, financières et judiciaires sous l'autorité du Grand Bailli du Hainaut. Ceux-ci se font aider par des sergents d'exécution "bras de justice" qui se rendent sur place pour appréhender les suspects, citent les parties à comparaître, veillent à l'application des jugements rendus, perçoivent des amendes…

Le tribunal est saisi de faits de sorcellerie de cinq façons différentes; la dénonciation, l'accusation solennelle, l'enquête générale, la dénonciation arrachée sous la menace et le procès en diffamation ou mise à purge(1). Quand l'officier de justice prend connaissance d'une affaire de sorcellerie, il prend l'initiative de tenir une information préparatoire. Il recueille des témoignages pour vérifier le bien-fondé des bruits, des dénonciations, des accusations et, si besoin, il examine les poudres mystérieuses, les pommades, les livrets d'incantation.(2) Sur base de l'enquête, le tribunal subalterne décide d'appréhender l'inculpée ou pas. Ainsi les comptes nous livrent quelques informations sur la prison de Flobecq et Lessines. En 1599, Jeanne du transvoit est gardée dans une chambre fermée à Elleselles, pour les empeschements quil y avoit es prisons dudict flobecq et Lessines. (3). Les mêmes comptes nous décrivent aussi les tortures après l'interrogatoire et la déclaration de "preuve" de la ou le suspect, Agnesse de la plache femme et espeuze a George de le Court natif d'Elleselles dage de IIIIxx ans et plus subit la paine de corps pour thirer d'elle lesdits crimes et ses complices (…) par deux jours routtiers.

Ainsi à Ellezelles l'on dénombre deux vagues d'exécutions, la première en 1599 dont, Jeanne du Transvoit âgée de 70 ans, torturée deux fois; Donasse le Latteur âgée de 56 ans, torturée une fois; Catherine de le Vallee âgée de 60 ans, torturée 1 fois, toutes les trois ont été exécutées le 10 mars 1599. La seconde vague plus connue avec Agnesse de la Plache, âgée de 80 ans et torturée deux fois; Martine de le Vigne, âgée de 50 ans et torturée deux fois; Catherine de le Voye âgée de 60 ans et torturée deux fois; Quintinne de le Glisserie, âgée de 38 ans, torturée une fois et Magdelaine Lestarquin âgée de 65 ans et torturée deux fois, ces cinq malheureuses femmes ont été exécutées le 26 octobre 1610.

Le nouveau spectacle commémorant ces faits apparaît comme l’évènement à ne pas manquer au seuil de l’été. Rendez-vous donc à Ellezelles le samedi 24 juin 2006.

Christian PIEMAN - C.H.E.R

1. La Sorcellerie en Hainaut - Extrait : Mémoire de Licence en Histoire de Marie Challe - 2003 (UCL)
2. Les sorciers dans les Pays-Bas méridionaux. 1989 - Aerts (E) et Wynants (M)
3. AGR, CC, n° 15083, Comptes du Bailliage de Flobecq- Lessines, 1596-1604, fol. 21v°
4. Croyance populaire et tradition folklorique - Le Sabbat d'Ellezelles" - Vincent Decouttere - 2000